Une affaire tristement banale qui illustre le problème qui gangrène le tennis depuis plusieurs années. Deux joueurs français, qui devaient participer au tournoi « Futures » de Bressuire, ont été interpellés mardi 15 janvier, dans le cadre d’une enquête sur des matches truqués.

Selon le journal l’équipe (qui a révélé l’affaire) « ils sont soupçonnés d’avoir perçu de l’argent en échange de la perte d’un set sur un score précis lors de tournois Futures mais aussi Challengers » entre 2015 et 2018. D’après une source proche, les paris réalisés en Asie aurait rapportés d’importants gains.

Les deux joueurs âgés de 21 et 25 ans, « ont frôlé une carrière ATP pro mais ont aujourd’hui du mal à joindre les deux bouts », a rapporté une source policière française. « Les sommes versées vont jusqu’à 3.000 euros », explique la même source, alors que le gain pour une victoire dans les tournois de moindre catégorie tournent plutôt autour de 2.000 euros.

Enquête sur une vaste organisation criminelle

L’affaire, qui est instruite en Belgique, serait liée à une vaste enquête mondiale sur des matches arrangés qui implique des dizaines de joueurs et concerne des centaines de matches depuis 2014, dans plusieurs pays. La tête présumée de cette organisation criminelle a été arrêtée en juin dernier. Il s’agit d’un certain Grigor S. domicilié en Belgique mais d’origine arménienne, qui a été mis en examen notamment pour « corruption »,  « blanchiment d’argent » et  « infraction à la législation sur les jeux de hasard ».

« Il ne faut pas baisser les bras, et continuer à agir contre ce problème dont on sait qu’il ne pourra pas être réglé par un pays seul », a expliqué à l’AFP le directeur général de la FFT Jean-François Vilotte. « Le fait qu’il y ait des interpellations démontre que nos systèmes d’alerte fonctionnent. Mais ce n’est jamais une bonne nouvelle d’apprendre que deux Français ont été interpellés ».

Source: L’Equipe